Dimanche 17 Février 2019

ASSEMBLEE GENERALE

 

Dimanche 13 Janvier 2019

Conférence sur

« Le Néolithique dans le secteur de St Lyphard »
par Anthony Denaire, préhistorien.

 

Nichée entre, à l’Ouest, les marais de Mézérac, de Pompas et d’Arbourg, qui communiquent avec l’Atlantique, et, à l’Est, la Grande Brière Mottière dont elle marque la bordure occidentale, la commune de Saint-Lyphard occupe une position stratégique en constituant l’un des deux accès terrestres à la Presqu’île guérandaise.

Son territoire est encore parsemé de nombreux monuments mégalithiques qui témoignent d’une fréquentation et d’une occupation dense tout au long du Néolithique, période qui court de la fin du 6e millénaire au début du 2e millénaire avant notre ère. C’est au Néolithique que les techniques de la domestication des plantes et des animaux sont introduites dans notre région et que, plus tard, se développe le mégalithisme.

Le dolmen de Kerbourg est indéniablement le monument le plus connu de la commune et un des plus photographiés de Loire-Atlantique. Fouillé à la fin du 19e s. par le révérend anglais Lukis, nous connaissons finalement peu de choses de ce dolmen dont le rare mobilier archéologique qui y a été recueilli est aujourd’hui conservé dans les réserves du British Museum.
La célébrité de ce monument ne doit pas masquer une réalité moins avouable, celle de l’abandon presque total de ce patrimoine depuis les années 1990. Sans le travail de l’association Archives et Histoire, dans lequel cette étude s’enracine, bon nombre de monuments ne seraient tout simplement plus visibles dans le paysage et sombreraient encore plus vite dans l’oubli.

Cette communication se propose de présenter ce patrimoine en péril et de le replacer dans un cadre plus général, celui du Néolithique de l’ouest de la France.